Hommage à Bernard Galtié

Publiée le 

8 novembre 2020

A Cœur Joie et A Cœur Joie Midi-Pyrénées -Occitanie est en deuil : Bernard Galtié nous a quittés.

Né à Albi le 27 novembre 1937, Bernard confiait : «  Je suis tombé tout petit dans la musique un peu comme Obélix dans la potion magique. Mon père était chanteur et ma mère pianiste. J’avais une voix pas trop désagréable et j’ai commencé à chanter à l’armée, puis j’ai suivi des cours au conservatoire de Pau . »

Doué d’une voix de basse au timbre exceptionnel, Bernard Galtié a intégré le chœur de Saint Gaudens en 1970, puis en prend la direction en 1976 en remplacement d’Anne-Maire Sanssené. L’affiliation à A Cœur Joie était déjà effective, lancée par l’infatigable Alix Bourbon.

Dès lors, la carrière de Bernard s’ancre dans le Comminges, à St Gaudens.

En 1988 il propose de changer le nom de la chorale qui s’appelait « Se Canto ». Ainsi naît l’ « Ensemble vocal du Comminges », donnant la couleur de son attachement commingeois.

Il éprouvait un réel plaisir dans son rôle de chef de chœur.

« Il y a une réelle joie à amener un  amateur lambda à avoir une émotion musicale à travers la polyphonie. La difficulté, le drame, est d’avoir une grande exigence sans démotiver ou démobiliser le chanteur » .

il disait combien important était le travail du chef de chœur à choisir le répertoire en  fonction du « matériel »choral dont il disposait.

Exigeant , pédagogue, le cœur ouvert à l’autre, il flirtait avec les limites de ce qu’il savait ou pouvait faire, invitant ses chanteurs à la découverte de ces aventures insoupçonnées.

Dans la foulée des années 1995-2000 il œuvre à la fondation d’une association portant et organisant de grands concerts. A3C, concerts Classiques en Comminges, était créée , offrant aux chanteurs dont il avait la charge, l’accompagnement bienveillant et ô combien éclairé et talentueux de grandes formations telles que l’orchestre national du capitole de Toulouse ou l’orchestre de Minsk.

Le chef d’orchestre Stéphane cardon , outre son ami, a été son compère musical , lui aussi très impliqué dans la conduite des amateurs vers le meilleur et flirtant avec le très haut niveau. Sa direction à la tête de l’orchestre national du capitole ravissait Bernard. .

Celui-ci , toujours très ancré dans  A Cœur Joie, ami de Jean-Michel Pelote et de Jean-Claude Wilkens, projetait toujours ses activités dans le mouvement et les Choralies de Vaison la Romaine dont il disait qu’elles étaient un moteur extraordinaire pour les chanteurs amateurs cherchant nourriture.

Nous étions profondément attachés à Bernard, pour son humour qu’il qualifiait d’indispensable, pour la sécurité qui émanait de sa personnalité. Nous aimions sa voix de basse si singulière et riche, l’ouverture de son cœur et l’empathie naturelle dont il faisait preuve.

Ses projets, avant son départ, étaient de s’assurer de la pérennité du chœur Commingeois, auquel il attachait une importance particulière. Mettre ensemble, donner vie et matière ensemble, mener au maximum tout en gardant bienveillance et respect.

Il souhaitait participer à la consolidation du territoire Midi-Pyrénées et du pôle ACJ Occitanie. Bernant participait en donnant ses avis et ses idées.

Avec grande émotion, à ses enfants et petits-enfants dont il n’a eu de cesse de s’occuper et de prendre soin, à Maire-Paule la mère de ses enfants, à Isabelle sa compagne, et à ses amis nous présentons  nos meilleures pensées  de compassion et de soutien. Nous nous attacherons à combler le grand vide que Bernard laisse en gardant comme exemple son ouverture et sa bienveillance .

67661556_10157585081588159_1924291021013