Passage de relais

04/06/2020

Alain Louisot
 

 

Chapeau bas !

 

Quel défi, quelle gageure d’avoir su maintenir

Notre AG statutaire sans jamais défaillir !

Impossible d’aller à Sochaux discourir,

Nous trouvâmes la parade pour garder le sourire.

 

Le CA décida : ce n’est pas un blocus

Qui doit nous empêcher de sonner l’angélus !

Et tout s’organisa pour ensemble, mordicus,

Tenir tête, résister à ce drôle de virus.

 

Tous ceux qui le voulaient cliquèrent le « lien » magique

Qui les catapulta grâce à l’informatique

Dans un monde virtuel, Jacques était euphorique.

Tout devenait réel, en avant la musique !

 

Hommage fut rendu à tous les Francs-Comtois

Qui avaient orchestré un spectacle de choix.

C’est promis, nous viendrons partager vos exploits,

Ne vous laisserons pas dans un tel désarroi.

 

Des petites « lucarnes » aux écrans partagés,

Écoutions tour à tour ceux qui étaient chargés

De lire et commenter les rapports calibrés,

Moral, d’activités, ou encore financier.

 

Captivés, attentifs, la plupart aguerris,

Nombreux furent ceux qui, partageant par écrit,

S’envoyaient des « coucou », commentaient entre amis,

D’autres cherchant comment mieux maîtriser l’outil.

 

Par son habileté, son calme et son talent,

En nouveau manager serein et rassurant,

Côme a su diriger tout en distribuant

La parole à chacun, toujours au bon moment.

 

A l’heure des bilans, Jacques était à son aise,

Il n’imaginait pas qu’un jour en charentaises,

De son joli bureau, bien assis sur sa chaise,

En maître des débats, il ferait la synthèse.

 

J’ai senti chez Jean-Claude une émotion palpable,

Voilà onze années qu’en directeur formidable,

Il partage son réseau, trésor inestimable,

Et nous ouvre des portes de manière incroyable.

 

En pratique, il était difficile d’applaudir,

Mais tous les commentaires convergeaient pour leur dire

Qu’ils avaient vaillamment piloté le navire.

Nous les remercierons dans un proche avenir.

 

Après cet édito, genre d’introduction,

Chacun de nos héros donnera sa version.

Ils ont tenu la barre, assuré leur mission.

Ils concluent aujourd’hui faisant la transition.

 

Si l’absente du jour était dame musique,

Elle était là, au coeur de notre rhétorique.

Nous nous rattraperons de manière sympathique,

Dès que nous pourrons faire revenir le public.

 

Pour la prochaine AG, comme à l’accoutumée,

Nous donnâmes rendez-vous à tous les REP,

Dans le pôle Hauts-de-France. En convivialité,

Nous aurons le bonheur de tous nous retrouver.

 

La « team » renouvelée, complétée, rajeunie,

Prend déjà le relais, s’organise, planifie.

Pour semer l'avenir, vous les avez choisis.

Ils ont hâte, chers amis, d'en partager les fruits.

 

Alain Louisot – 05/04/2020

 

Jacques Barbier

 

À défaut d’avoir pu faire publiquement, chaleureusement, amicalement notre dernier tour de piste, Jean-Claude et moi avions quand même envie de partager avec vous, via ces derniers textes, quelques constatations concernant la manière dont "ça" a marché, clopin-clopant ou au pas de course selon les dossiers, les situations, les personnes. C’est pourquoi, ce début nous est commun et complète, en quelque sorte, son texte précédent.

 

En fait, question gouvernance, nous avons, comme tous ceux qui nous ont précédé, décliné quatre verbes : continuer, régénérer, actualiser et anticiper.

 

1) continuer ni plus, ni moins, à tirer la corde comme nos prédécesseurs, de façon à aligner au compteur de notre association, quelques belles années de plus, d'autres belles éditions de plus pour les Choralies, congrès, académie ou activités annuelles.

Et s'inscrire dans la durée est toujours un défi à relever lorsque les données comptables deviennent de plus en plus précises, implacables…

Continuer, c'est aussi continuer à transmettre la raison même de notre association : la promotion du chant choral, son accès à tous comme vecteur d'enrichissement personnel, d'accès à l'art, de partage de valeurs qui échapperont à une logique économique ou politique.

 

2) régénérer l'association par une gouvernance régulièrement renouvelée et rajeunie. Un travail discret de concertation avec les pôles, les territoires et les acteurs pressentis ou redoutés... qui concerne aussi bien les cadres des chorales que ceux des territoires ou des pôles ; avec cette attention envers les responsables musicaux, les acteurs majeurs dans les régions pour une meilleure synergie.

Car régénérer c'est également, au niveau des activités nationales ou internationales, entretenir un volant de spécialistes du chant choral (les chefs mais aussi les plasticiens, les metteurs en espace, en scène, les lumières, les chorégraphes), de jeunes talents dénichés aux quatre coins du monde...

 

3) actualiser l'association, ses pratiques musicales sans pour autant effrayer l'adhérent de toujours.

Actualiser, c'est-à-dire réformer, accepter le changement et le faire accepter,

Actualiser, c'est-à-dire innover.

 

4) anticiper si possible les besoins à venir, les dangers à contourner, les périls à surmonter, d'où l'idée, la nécessité de ce projet de la nouvelle équipe concernant les choix du futur pour Ȧ Coeur Joie, projet dans lequel vous êtes déjà associés avec les “JPP”, ces Journées de Prospective Partagée, organisées dans tous les pôles.

 

Quatre verbes, des verbes d'action, que conjuguera sans doute la nouvelle équipe en place. Et elle aura son propre style, et d'autres idées, et elle aura raison d'oser.  Comme vous, je leur fais confiance.

[et nous imaginons vos applaudissements les concernant]

 

Depuis le début, j’ai employé le "on" à la place du "je" et ce n'était pas un pluriel de majesté ! Car on ne travaille jamais seul… 

Celles et ceux qui ont formé avec moi la cordée et qui ont fait avancer l'association par leur implication personnelle, par leur présence, par la confiance qu'ils m'ont témoigné au cours de ces deux mandats et bien avant encore,

je tiens à les nommer, je tiens à ce qu'ils sortent de ce "on" collectif, fraternel qui m'a tant aidé et tant nourri :

l'énumération est grosso modo chronologique, je prends mon souffle pour les 5 listes déclinées in extenso !

 

Au Conseil d'Administration

  • Agnès Polet-Lesage

  • Anne Roget

  • Catherine Linel

  • Françoise Brunier

  • Lisa Mancin

  • Anne Delhoume

  • Corinne Pujol

  • Grégoria Palomar

  • Julie Briend

  • Jean-Pierre Devin

  • Jean-Michel Pelotte

  • François Thuillier

  • Dominique Lecheval

  • Thierry Thiébaut

  • Fabien Aubé

  • Vincent Nommay

  • Dominique Clément

  • Henri Mandeng

  • Pierre d'Houtaud

 

Au Conseil Musical

  • Françoise Brunier

  • Laetitia Casabianca

  • Sabine Argaut

  • Anne-Marie Cabut

  • Marie-Christine Forget

  • Céline Morel

  • Christine Morel

  • Emmanuelle Pascal-Falala

 

mais aussi :

  • Thierry Thiébaut

  • Régis Harquel

  • Pierre Calmelet

  • Jean-Claude Wilkens

  • Alain Louisot

  • Manuel Coley

 

L'équipe des Passerelles, versant Association

Jean-Claude Wilkens, Côme Ferrand-Cooper,

Corinne Birken,

les inséparables Monique Vérot et Cécile Chizelle-Labrosse, Frédérique Chave, Edwige Pollet, Clotilde Jenoudet, Lisa Mechin, Marie Dubu, et d'autres qui ont traversé plus brièvement comme Mathilde Vinsu, Sophie Cottet, Laure Pichène ou Anne Murgue, mais non… je n'ai pas oublié Marie-Thé Mathieu !

 

L'équipe des Passerelles, versant Éditions

François Harquel, Philippe Bergère puis Gautier Lemoine,

les fidèles Sara Diallo, Pascale Coupin, Agnès Guedin et bien sûr Delphine Audibert,

et toutes celles et ceux qui ont traversé plus temporairement les couloirs de nos éditions.

 

Sans oublier la fameuse coordination des services des Choralies, sous la houlette d'Olivier Parsis puis d'Olivier Blanchoz, cette vieille garde qui ne meurt jamais mais se rend… tous les trois ans à Vaison-la-Romaine pour nous organiser des Choralies époustouflantes.

 

e tutti quanti !

 

[là encore, on entend virtuellement votre salve d’applaudissements]

 

Le point commun de ces cinq équipes ?

  • celui d'avoir peu ou prou travaillé avec elles, quelle chance pour moi !

  • d'avoir souvent dû couper les cheveux en quatre,

  • ou parfois la poire en deux,

  • d'avoir avalé des ronds de chapeaux ou des couleuvres...

  • d'avoir un peu appris l'art de la diplomatie, du compromis.

 

Et puis il y a deux personnes qui ont compté dans ce cheminement :

 

1)  Marcel Corneloup qui, alors que j'étais jeune, idéaliste, inexpérimenté, m'a fait confiance en me confiant la direction d'ateliers aux Cantilies, aux Choralies et dans de nombreux stages mémorables ; il m'a fallu quand même trois étés musicaux pour arriver à faire chanter mes ouailles à Saint-Jacques de Compostelle ! Je n'oublie pas non plus la bienveillance et l'appui dans ce domaine de Jean-Jacques Margueritat puis de Thierry Thiébaut !

Marcel Corneloup, toujours, qui m'a poussé à développer, aux Éditions Ȧ Coeur Joie, le répertoire des musiques anciennes avec des partitions historiquement informées. 35 ans après, je sévis toujours…

 

2)     Ce sera exactement le contraire avec la seconde personne : Jean-Claude Wilkens… qui, lui, m'a extrait du XVIème siècle pour m'occuper davantage des chanteurs du temps présent et m'a offert un défi : étais-je d'accord pour le rejoindre dans ce bateau qui s'endort, afin de profiler une autre carène et déterminer une nouvelle voilure pour de belles aventures à inventer, à imaginer ?

Merci surtout, Jean-Claude, pour la confiance que tu m'as accordée, confiance partagée tout au long d'une décennie bien occupée mais tellement captivante.

 

Un dernier point pour finir, plus personnel, qui en a intrigué, agacé, surpris plus d'un : mes citations.

 

C'est vrai que j'ai toujours navigué dans ma vie grâce à des phrases-clés, des sésames et parfois aussi des garde-fous, car la sagesse des anciens est un trésor précieux quand on s'occupe, comme ici, du présent des adhérents et de l’avenir de l’association.

 

Je vous en livre donc quelques-unes, les dernières, les plus précieuses car ce sont celles que je recopie chaque année dans mon agenda ou dans les différents petits carnets qui m'accompagnent dans mes poches.

Ces citations m'ont permis de faire parfois la part des choses, à me méfier des apparences, à "me limer la cervelle" pour reprendre Montaigne.

Michel de Montaigne pour qui : Sur le plus haut trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul, phrase culte ! que je rapproche de celle d'André Malraux : Ceux qui croient que le pouvoir est amusant confondent pouvoir et abus de pouvoir.

Ou celle de Jean Cocteau, ce sera la dernière, très profonde et terrible à la fois lorsque, à l'heure de la remise en cause du concept de croissance, à l’heure des pandémies et de la mondialisation, nous devons faire constamment des choix concernant le devenir d'Ȧ Coeur Joie : Il est possible que le progrès soit le développement d'une erreur.

 

Mais mon meilleur garde-fou a été la confiance que vous m'avez accordée pendant ces deux mandats parce que vous avez confiance dans notre association et ceux qui l'encadrent aujourd'hui. C'est pourquoi, je suis sans inquiétude pour Ȧ Coeur Joie, son avenir.

 

Avec Jean-Claude, nous avons maintenant le droit de jouer (enfin !) à ce jeu de chaises musicales, en nous retrouvant du même côté que vous dans une salle ou derrière un écran, ce qui permettra à chacun des deux d'être - c’est selon - indiscipliné ou sérieux, bavard ou attentif, ponctuel ou en retard, élégant ou mal coiffé, mais toujours présents.

 

Je vous remercie également pour cette belle décennie partagée en musique et en joie.

 

Jacques Barbier

jacques.barbier88@sfr.fr


Jean-Claude Wilkens

 

Curieuse mission de rédiger ce texte, alors que c’est en votre présence que j’aurais voulu vous faire part de mes sentiments en cette fin de carrière, lors de l’AG qui devait se tenir physiquement ce wee-kend et qui finalement aura été réduite à sa plus simple expression derrière un écran.

 

Il manquera sans doute dans ce texte les sourires, les yeux qui brillent, l’émotion partagée et probablement les mots d’humour… mais bon, tentons le coup.

 

Partir à la retraite pour moi, c’est en somme changer de statut, troquer un salaire pour une pension, ne plus avoir les contraintes du contrat de travail, tout en conservant l’envie d’activités, celles qui nous passionnent. Je dois admettre que c’est une belle perspective ! C’est aussi, bien qu’on me dise souvent le contraire, trouver un peu plus de temps pour prendre soin de ses amis, de sa famille, et de ceux qu’on aime… ça me va aussi. C’est enfin le moment de jeter un œil en arrière, tout en continuant à se projeter dans l’avenir.

 

En relisant le discours que j’avais écrit pour l’assemblée générale de 2009 à Toulon, alors que je venais d’être engagé comme directeur de l’association et des Ėditions, je me rends compte à la fois du chemin parcouru, mais aussi des défis qui sont toujours présents onze ans plus tard.

 

Je disais dans le désordre : changer l’image ; restaurer la crédibilité dans le monde musical ; accueillir toutes les musiques et tous les acteurs musicaux ; pourvoir au besoin de formation ; … nous l’avons fait. Je disais aussi : ouvrir les portes et les fenêtres ; unir la profession ; rajeunir la gouvernance à tous les niveaux ; adapter notre offre aux chorales d’aujourd’hui ; … c’est pas encore gagné.

Je disais enfin : nous ne pouvons compter que sur nous-même… c’est toujours vrai aujourd’hui !

 

À Cœur Joie et les Éditions À Cœur Joie sont, sans conteste aujourd’hui, des structures de référence en ce qui concerne le chant choral en France. Notre image est très positive, nos activités sont de grande qualité, crédibles, appréciées. Je suis fier d’avoir contribué à maintenir sinon reconquérir ce statut. Je souhaite de tout mon cœur que le nouveau conseil d’administration puisse, avec l’équipe professionnelle, capitaliser et développer l’association ainsi que la maison d’éditions sur cette base.

 

À Cœur Joie est très présent dans les structures internationales, ECA-EC,  IFCM et À Cœur Joie International. Nous contribuons à l’essor de ces fédérations par notre investissement, et par là même nous sommes au fait des choses. Nous croyons à l’Europe et à une société internationale de partage et d’enrichissement culturel mutuel. Entre parenthèse, là non plus ce n’est pas gagné ! Je suis heureux d’avoir pu représenter la France dans les CA, commissions et groupes de travail de ces institutions. Je suis aussi très heureux d’y avoir rencontré Côme Ferrand Cooper qui assure désormais la direction de l’association.

 

Tout ce travail n’aurait pas pu être fait sans la collaboration entière et dévouée de l’équipe des Passerelles, les idées passionnées et passionnantes du conseil musical et de la coordination des Choralies, et le soutien permanent du conseil d’administration.

 

Jacques et moi remercions ensemble, dans son texte, nominativement, tous ceux qui ont fait vivre avec nous l’association que nous quittons (formellement seulement) aujourd’hui. En effet, en ce qui me concerne, je resterai membre du conseil musical et je vais également prendre la fonction de gestionnaire de la SARL des Éditions. Beaucoup dans cette longue liste sont devenus des amis, certains des complices comme toi, Jacques. Notre complémentarité a été exemplaire !

 

Je veux profiter de ce moment pour remercier également ceux qui tout au long de ma vie professionnelle ont porté un regard bienveillant sur mes convictions, pour les orienter, les polir, m’aider à les préciser. Je pense à Royce Saltzman, Noël Minet, Dolf Rabus, Thomas Rabbow, Thierry Thiébaut, André Blin et bien entendu Marie-Paule qui m’a soutenu tout au long du parcours.

 

Je vous remercie pour ces belles années.

À bientôt,

 

Jean-Claude Wilkens

jcwilkens@me.com

 

 

 

 

Please reload

À Cœur Joie,

1ère association française de chant choral

"Les Passerelles", 24 avenue Joannès Masset

CS 99261, 69264 Lyon Cedex 09 - 04 72 19 83 40

©À Cœur Joie 2020 / MENTIONS LÉGALES

  • Facebook - Grey Circle
  • YouTube - Grey Circle

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités d'À Cœur Joie. 

Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.